Peut-on utiliser le bullet journal comme outil thérapeutique ?

Peut-on utiliser le bullet journal comme outil thérapeutique ?

< Vous ne connaissez pas encore le bullet journal, jetez un oeil sur mon autre blog : www.powapowa.fr 〉

Et si le bullet journal était utilisé pour nos patients ? 

L’idée ne vient pas de moi mais de la lecture de nombreuses personnes ayant des troubles divers et utilisant le bullet journal au quotidien.

J’ai alors décidé de leur laisser la parole et de vous en faire profiter ici 🙂

J’ai simplement repris les réponses des volontaires et je les ai structurées en : contexte du trouble/conséquences au quotidien/Utilisation du bullet journal/sensations générales liées à l’utilisation du bullet journal.

 

⌈Bullet journal et AVC – situation 1⌋

 

Contexte : Brigitte a fait un AVC ischémique en 2009, elle avait 50 ans.

Conséquences au quotidien :

  • difficultés de repérage dans l’espace (droite/gauche, avant/arrière),
  • hémiplégie gauche avec difficulté de préhension
  • trouble du langage (jargon au début).
  • Atteinte de la mémoire à court terme.

 

Utilisation du bullet journal : 

  1. apaisement mental, amélioration du sommeil  : inscription des tâches la veille pour le lendemain
  2. support de mémoire : report des tâches non effectuées sur la liste du lendemain. Cela permet à Brigitte d’être sûre de ne pas oublier de réaliser les tâches en question.
  3. projection dans l’avenir : inscription des projets et envies
  4. repérage temporel : relecture des monthly ou daily log passés

Brigitte inscrit des tâches à réaliser tous les soirs pour le lendemain et ajoute quelques notes en journée pour ne pas les oublier (projets/rêves)

Sensations générales : apaisement,  plus sereine sur la gestion des projets

 

⌈Bullet journal et AVC – situation 2⌋

 

Contexte : Julia a fait un AVC ischémique sur dissection de l’artère vertébrale suite à des manipulations ostéo. C’était en 2015, elle avait 28 ans.

Conséquences au quotidien :

  • Fortes migraines
  • troubles de l’équilibre
  • instabilité visuelle
  • fatigue très importante (qui engendre beaucoup d’oublis) – troubles attentionnels ?
  • + pertes de mémoire.

 

Utilisation du bullet journal :

  1. suivi de symptômes :  identification des facteurs de douleurs et de fatigue
  2. organisation : gestion du quotidien
  3. aide-mémoire : permet de ne pas oublier les rendez-vous et les choses à faire + aide à garder une trace des souvenirs, des dates d’anniversaire pour ne pas oublier.
  4. soutien psychologique : Liste des livres lus pour se challenger et se forcer à avancer. Happiness box et liste de souvenirs quotidiens (pour pallier les pertes de mémoire et en guise de soutien psychologique). Tracker des séances de sport, des douleurs, du sommeil, des médicaments …enfin d’en voir l’évolution.
Julia utilise son bullet journal plusieurs fois par semaines.
Sensations générales : sérénité, moins de stress, moins de charge mentale puisque tout est noté, motivation (suivi des progrès, fait ressortir le positif, permet de se challenger), meilleure organisation.

 

⌈Bullet journal et traumatisme crânien⌋

 

Contexte : Gwen a fait une importante chute de cheval (chute sur la tête, sur un rocher + coup de sabot dans la tempe). Atteinte des nerfs d’Arnold et traumatisme crânien.

Conséquences au quotidien : 

  • Troubles mnésiques (ex : oubli du contenu d’une conversation téléphonique du jour au lendemain) → A priori atteinte de la mémoire épisodique et mémoire à court terme.
  • troubles de la fluence avec parfois présence d’un bégaiement
  • atteinte lexicale (manque du mot)
  • problèmes d’équilibres

Ces troubles devaient durer quelques mois et sont finalement présents depuis deux ans sans amélioration.

Utilisation du bullet journal : 

  1. aide-mémoire : Le bullet journal est utilisé comme une « mémoire bis » (rendez-vous puis impression à propos du rendez-vous, éléments d’une conversation, définition etc).
  2. suivi de symptômes : Gwen utilise également un tracker d’humeur pour faire le point sur ses ressentis. Elle projette d’utiliser un tracker de douleurs (cf migraines) dans son prochain bullet afin de suivre la fréquence et l’intensité.
  3. outil de détente : Gwen y note quelquefois des phrases encourageantes ou y fait des dessins. Elle a réalisé un Doodle Challenge dans son précédent bullet, cela lui avait permis de calmer fortement ses tremblements.

Gwen utilise le bullet journal quotidiennement. Si elle saute une journée, cela devient compliqué car elle ne parvient pas à se souvenir de ce qu’il s’est passé ce jour-là (ce qu’elle a mangé, comment elle s’est sentie ..). Elle a fait l’essai de ne pas s’en servir pendant une semaine et il s’est avéré que cette semaine fut particulièrement difficile pour elle (oubli d’un anniversaire, sentiment de ne se souvenir de rien…). Elle va jusqu’à dire que lorsqu’elle n’utilise pas le bullet journal une journée :

C’est presque comme si ce jour n’avait jamais existé.

Sensation générale : mieux-être général

 

⌈Bullet journal et trouble de la personnalité⌋

 

Contexte : Axelle est une jeune femme souffrant d’un trouble de la personnalité multiple. Chaque personnalité ayant sa vie, sa mémoire, ses compétences et ses activités, elle se retrouve avec des journées à trou en fonction de quelle personnalité pilote. Ce TDi est lié à de gros traumatismes dans l’enfance.

Conséquences au quotidien : La conséquence principale de ce TDi → les amnésies dissociatives. Cela engendre des difficultés professionnelles (gestion de projet).

Utilisation du bullet journal : 

  • aide-mémoire : Axelle consigne ses journées dans son bullet journal ce qui lui permet de combler les lacunes lors du passage d’une personnalité à une autre. Elle note également les fragments d’enfance qui lui apparaissent comme des flash.
  • compréhension de la maladie : Axelle utilise un tracker thérapeutique afin de cerner quels sont les déclencheurs des dissociations. Grâce au bullet journal, elle a aussi pu dénombrer les différentes personnalités qui la composent et créer des collaborations entre les personnalités (telle personnalité laisse des consignes écrites à telle autre personnalité). Le bullet journal lui sert aussi de « nourriture » pour ses thérapies avec les médecins et psychologues.
  • outil d’organisation : tous les rendez-vous sont notés sur le même bullet journal alors qu’auparavant, chaque personnalité avait son agenda propre (centralisation des différentes personnalités) . Par contre, elle utilise une to-do list par personnalité.

Utilisation : quotidienne et tout au long de la journée.

Sensations générales : compensation des difficultés (normalisation de la vie), atténuation du handicap, confiance en soi

Axelle, étudiante en psychologie, a trouvé dans le bullet journal un véritable outil thérapeutique, c’est pourquoi elle a souhaité aller plus loin en faisant de la recherche clinique à ce sujet et en créant un vrai concept : la Bujo thérapie© . Elle a créé un protocole d’application du bullet journal en thérapie et commence à former des professionnels à cet outil (avec un code déontologique précis au coeur du protocole). Pour en savoir plus, c’est par ici : La bujo thérapie 

 

⌈ Pour conclure ⌋

 

Comme pour beaucoup de nos outils thérapeutiques (tous ?!), cet outil n’est pas à utiliser en fonction d’une pathologie particulière mais selon la symptomatologie : troubles mnésiques et troubles des fonctions exécutives (planification..) principalement. On pensera donc à nos patients en début de maladie neurodégénérative (Alzheimer, syndromes Parkinsoniens..), mais aussi aux patients ayant des séquelles mnésiques et exécutives suite à une atteinte neurologique (TC, AVC, tumeur). Et pourquoi ne pas étendre à certains jeunes patients DYS pour lesquels les fonctions exécutives semblent atteintes ?

En marge de ces deux indicateurs d’utilisation, le bullet journal peut être utilisé comme soutien psychologique et support de compréhension de la pathologie.

Si vous utilisez déjà le bullet journal comme outil de prise en charge, n’hésitez pas à témoigner en commentaire 🙂

Un grand merci aux volontaires ! 

 

Powa ♣

2 thoughts on “Peut-on utiliser le bullet journal comme outil thérapeutique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :